juin 2017

SCPI : une bonne solution pour le logement étudiant ?

Vos chères têtes blondes passent le bac au mois de juin ? Bravo. Mais avez vous anticipé le financement de leur logement l'année prochaine, pendant leurs études ? Les SCPI, qui sont des produits d'épargne de rendement, peuvent vous y aider.

A quelques semaines des résultats du bac, certains parents commencent à réfléchir au scénario logement pour leur futur étudiant. Avec les taux très bas pratiqués par les banques, il peut être tentant d’investir en misant sur la rentabilité future d’un logement bien placé plutôt que de verser des loyers à fonds perdus. Solution alternative : investir dans des parts de SCPI et ainsi allier la rentabilité de l’immobilier et la facilité de gestion. On vous explique comment !
 
Comment loger votre enfant pendant ses études ? Sachant qu’à peine 11% des futurs bacheliers trouveront une place en résidence universitaire, un plan B s’impose. D'après une étude de LocService.fr, spécialiste indépendant de la location entre particuliers, un étudiant devra payer dans le parc privé classique en moyenne 496 euros par mois, charges comprises, pour louer un studio en France. Des tarifs qui font le grand écart entre les 324 euros nécessaires pour louer un studio à Poitiers, la ville étudiante la moins chère, et les 824 euros par mois réclamés pour se loger à Paris, la ville la plus chère. Pas étonnant que certains se posent la question de l’achat, attirés par les taux bas pratiqués, les rendements attractifs des petites surfaces comme les chambres de bonne et les promesses de plus-values à la revente. Problème, la hausse spectaculaire et quasi continue des prix de l’immobilier a considérablement amoindri la rentabilité de ce type d’investissement. A Paris, une chambre de bonne de 9 à 10 m2 se négocie désormais autour de 73.000 euros, selon la dernière étude de la Chambre des notaires de Paris. Dans les secteurs les plus demandés, tel que le 5e arrondissement, le quartier des étudiants, le prix au mètre carré dépasse 11.000 euros ! Des prix multipliés par 5 en 20 ans. Et ce, alors que les loyers sont à la baisse car désormais fortement encadrés par la réglementation.
 
Pour bénéficier des avantages de l’immobilier en s’évitant tous les problèmes de gestion locative, une bonne solution consiste à investir dans des parts de SCPI. Il s’agit de produits d’épargne immobilière qui versent des revenus réguliers et relativement prévisibles. En investissant le prix d’une petite studette à Paris, soit 150 000 euros, vous obtiendrez un revenu régulier, mensuel ou trimestrialisé, qui vous permettra de couvrir tout ou partie du loyer de votre étudiant. Une bonne façon de loger ses enfants tout en se constituant un patrimoine immobilier.
 
Pour en savoir plus sur les SCPI PERIAL, contactez nous !

À lire aussi

25 juillet 2017 Evènements

SCPI PERIAL : les Bulletins du deuxième...

En sa qualité de Société de gestion, PERIAL Asset Management informe régulièrement les associés de ses SCPI : acquisitions, ventes, relocations, gouvernance...

juillet 2017 Acquisitions

PF1 et PFO acquièrent l'immeuble Yvoire...

PERIAL Asset Management a acquis un immeuble de bureaux à Paris, dans le 19ème arrondissement, auprès d’AEW, agissant pour le compte d’investisseurs institutionnels.

juillet 2017 Evènements

SCPI PERIAL : le bilan des Assemblées...

Les Assemblées Générales des SCPI PERIAL se sont déroulées les 20 et 21 juin 2017, à Paris.

Les risques à investir en SCPI

Investir en SCPI est un investissement immobilier : il s'agit donc d'un investissement long terme dont la liquidité est limitée, le capital et les revenus non garantis.

Risque de perte en capital : lié à l’absence de garantie de remboursement du capital initialement investi.
En cas de nécessité de trouver du capital pour rembourser les retraits qui ne seraient pas compensés par des souscriptions, le montant de ce capital dépendra de l’évolution des marchés immobiliers.

Risque immobilier : susceptible d’entraîner une baisse de la valeur due à la variation des marchés immobiliers.

Risque lié à la gestion discrétionnaire : résultant de la sélection par les gérants d’investissements moins performants. 

J’ai pris connaissance des risques