"Les SCPI, un vecteur de pouvoir d'achat"

eric-off-site-internet_0
  • PFO
  • PFO2
  • PF Grand Paris
Il y a 1 année
Eric Cosserat, le Président de PERIAL était invité sur le plateau de BFM Business pour aborder les sujets suivants : la problématique des SCPI et du pouvoir d'achat, les impacts sur les placements et la perte du pouvoir d'achat en immobilier.

Le coeur de métier de PERIAL

  • Quel est votre coeur de métier ?

Notre cœur de métier c’est les SCPI, que nous exerçons depuis plus de 50 ans, donc nous sommes des experts. Nous gérons 3,5 milliards de capitalisation en SCPI et nous gérons également des fonds pour institutionnels.

Les impacts sur les placements SCPI

  • Le gel du taux d’intérêt du livret A et du LDD est fixé à 0,75% depuis août 2015, le cumul avec l’inflation entraîne un manque à gagner important pour les épargnants. Sur les placements SCPI quel est l’impact véritablement ?

L’impact c’est que nous avons des placements SCPI extrêmement compétitifs. Tout d'abord, la SCPI c’est avant tout de la pierre, c’est une valeur refuge, c’est le placement préféré des français. C’est une pierre qui est accessible facilement puisqu’on peut l’acquérir à partir de 5000 euros puisque l’on achète des parts. La SCPI distribue un rendement trimestriel avec des niveaux relativement élevés puisque nous le distribuons entre 4 et 5% de rendement par an. Ce qui fait que là aussi, c’est une très belle alternative au livret A puisque la rémunération est nettement plus conséquente. Nous constatons néanmoins un risque pour les SCPI qui est adossé à l’immobilier, ce qu’il n’y a pas sur le livret A. Effectivement la rémunération est passée au stade d’inflation. Alors, il y a une perte de pouvoir d’achat des français détenteurs de livret A. Les SCPI peuvent donc être une alternative à ce type de produit.

Le pouvoir d'achat

  • Cet effet de plafonnement entre offre et demande, entre prix et pouvoir d’achat réel. Quel est votre sentiment sur ce sujet ?

La perte du pouvoir d’achat en immobilier commence à l’acquisition de la résidence principale. Les prix de l’immobilier ont continué à progresser en 2018, nous dépassons les 9 500 euros par m² à Paris, et nous sommes en moyenne à 2 500 euors par m² dans le reste de la France. Certains ménages n’arrivent plus à acheter un appartement compte tenu des prix, dans ces cas là, il y a une réelle perte de pouvoir d’achat. La SCPI peut être une alternative, c’est un produit de placement qui est surtout consacré à la retraite.

Nous constatons chez PERIAL que plus en plus de jeunes achètent de la SCPI pour se constituer un capital et pouvoir acheter leur propre résidence principale. C’est une alternative, ce qui permet de pouvoir accéder à l’immobilier et à sa sécurité. Il est également possible d'emprunter, avec des taux faibles il est possible de le faire de manière facile, ce qui permet de constituer un capital qui peut être pour l’acquisition d’une résidence principale, pour le financement d’un projet, pour la retraite et qui est le cœur de l’objet de la SCPI.

  • C'est intéressant car ça peut être le premier pas vers un projet immobilier sur du moyen terme ?

Effectivement, c’est un produit plus souple. Si vous achetez des parts à partir de 5000 euros, ces parts se revendent plus facilement, il y a moins de frais qui sont liés à la détention d’un bien immobilier. Il y a quelque chose de beaucoup pus souple et plus agile qu’un investissement immobilier classique.

  • Il y a moins de frais que sur certains produits, c’est quelque chose d’assez liquide ?

C’est un produit qui est assez liquide, quand on compare les frais nous sommes rémunérés sur les loyers que nous percevons et que nous distribuons ensuite aux épargnants et aux associés. Par exemple, si on compare à des produits comme les OPCVM, notre rémunération est approximativement à 0,7% de la capitalisation. Nous sommes donc moins chers que d'autres produits OPCVM.

  • Comparé à de l’immobilier pur et dur il n’y a pas de frais de notaire, de taxe foncière, de taxe d’habitation …

Exactement, tout est pris en charge par le fond et donc la distribution. Quand je parle d’un rendement de 4 à 5%, il est net de tout frais pour l’épargnant.

Le marché immobilier

  • Le marché immobilier était globalement stable en 2018. Quelques paramètres montrent que le marché a besoin d'être consolidé. Sur les produits SCPI comment sentez-vous le marché en ce début d’année ?

On est plutôt optimiste pour 2019. Certes il y a toujours l’évolution des taux d’intérêt qui aura un impacte sur l’immobilier global. On ne voit pa d’augmentation significative, ce que l’on constate c’est que nous avons le march de l’immobilier en France, c’est 30 milliards d’investi en 2018, donc il y aura une poursuite qui se fera. Il y aura certes un ralentissement. Nous comptons beaucoup sur la reprise du amché locatif puisque les entreprises allant  mieux avc une santé économique qui progresse. C'est une amélioration de nos revenus, puisque c'est une amélioration de nos taux d'occupation du patrimoine que nous gérons avec des entreprises qui louent un peu plus de m² que précédemment.

Pour aller plus loin


Nos SCPI complémentaires

PF Grand Paris
Valorisez vos investissements grâce à la dynamique immobilière d’un projet d’aménagement du territoire d’envergure.
Découvrir
PF Hospitalité Europe
Une SCPI 100% européenne spécialisée dans l’accueil et l’hébergement
Découvrir
PFO
Diversifiez votre portefeuille en investissant dans des immeubles de bureaux, des commerces ou des hôtels localisés en France et en zone euro.
Découvrir
PFO2
Choisissez la première SCPI à vocation environnementale créée sur le marché et investissez dans l’immobilier professionnel en France et en zone euro.
Découvrir
0