Baromètre PERIAL - L'immobilier toujours privilégié par les Français malgré les réformes fiscales

Baromètre PERIAL
  • PFO
  • PFO2
  • PF Grand Paris
Il y a 2 années
PERIAL publie avec l'IFOP la 3ème vague de son baromètre consacré au regard des Français sur l'épargne immobilière. Réalisée en novembre 2017, cette étude révèle que l'immobilier reste un placement privilégie des Français. Le baromètre confirme également l'attractivité de l'épargne immobilière indirecte, même si sa notoriété reste stable. Les dernières mesures fiscales sont jugées défavorables pour l’investissement dans l’immobilier par les français, alors qu’ils ont conscience qu’investir dans l’immobilier est utile à l’économie.

Cette nouvelle édition du baromètre PERIAL confirme l’attachement profond des épargnants à la pierre : c’est le deuxième investissement privilégié pour préparer sa retraite derrière l’assurance vie et c’est un placement considéré comme étant utile pour l’économie par 7 Français sur 10. On est loin du discours du gouvernement qui dénonce une « rente immobilière » déconnectée de « l’économie réelle ». Les besoins immobiliers des entreprises changent et stimulent le marché alors que les projets d’aménagement du territoire tels que le Grand Paris sont porteurs d’une dynamique inédite.

Eric Cosserat, président de PERIAL
UN JUGEMENT MITIGÉ SUR LE BUDGET 2018 ET DES CRAINTES POUR L’ÉPARGNE DES FRANÇAIS

Les Français sont plutôt confiants quant à la capacité du budget 2018 à favoriser l’investissement dans le pays (56% pensent que le projet de loi de finances « va plutôt dans le bon sens » sur ce point) et à réduire les déficits publics (55%).

Ils sont en revanche une majorité à douter qu’il puisse avoir une influence positive sur leur pouvoir d’achat (56% pensent qu’il « va plutôt dans le mauvais sens »), sur la réduction des inégalités sociales (59% « dans le mauvais sens) et surtout sur le renforcement de leur épargne (61% « dans le mauvais sens »).

L’IMMOBILIER EST LARGEMENT CONSIDERÉ COMME ÉTANT UTILE POUR L’ÉCONOMIE…

Le discours du président de la République et du gouvernement qui consiste à associer l’immobilier à une « rente » qui ne ferait pas partie de « l’économie réelle » est battu en brèche : 7 Français sur 10 considèrent au contraire qu’ « investir dans l’immobilier – hors résidence principale ou secondaire – est utile pour l’économie », alors que les mesures fiscales prises par le gouvernement ne les incitent pas à y investir leur épargne.

…ET RESTE UN PLACEMENT PRIVILEGIÉ POUR PRÉPARER SA RETRAITE

40% des Français citent l’immobilier comme le meilleur investissement pour préparer sa retraite, derrière l’assurance-vie (50% des réponses) privilégiant donc le sous-jacent immobilier. 

Même parmi les Français disposant d’un patrimoine supérieur à 500 000 euros, l’immobilier est largement préféré à l’investissement dans les start-up, TPE et PME pour préparer sa retraite (51% contre 16%).

EN PERIODE DE REPRISE, LA LIQUIDITÉ DES PLACEMENTS DEVIENT MOINS DETERMINANTE ET LA DETENTION DE PRODUITS PLUS RISQUÉS AUGMENTE LÉGÈREMENT

Parmi les critères pris en compte par les Français au moment de placer leur épargne, la liquidité perd 8 points par rapport à 2016 (39%), mais reste en deuxième position devant la fiscalité appliquée au placement (31%).

Si la sécurité d’un placement reste le premier élément pris en compte par les Français qui épargnent (57% des réponses, stable par rapport 2016), on note dans le même temps que la détention de produits non garantis augmente : actions en bourse (17% + 4 points), OPCVM (14% +3 points) ou or (9% +4 points).

L’ÉPARGNE IMMOBILIÈRE : UNE NOTORIÉTÉ STABLE, UNE ATTRACTIVITÉ CONFIRMÉE

48% des Français déclarent connaître l’épargne immobilière - un chiffre en légère baisse de 6 points par rapport à 2016 - mais les « CSP+ épargnantes » sont plus de 6 sur 10 à connaître ce produit.

82% des répondants estiment que ce placement « mériterait d’être plus connu » (un chiffre en hausse de 18 points par rapport à 2016).

73% des répondants estiment également que les SCPI constituent un « bon compromis entre risque et rentabilité » (vs 57% en 2016), 63% « un placement accessible » (vs 52% en 2016) et 62% « le produit retraite par excellence » (vs 47% en 2016).

Un jugement positif qui peut expliquer, qu’après en avoir lu une présentation détaillée, plus d’un quart des Français disent avoir l’intention de réallouer une partie de leur épargne vers l’épargne immobilière. Un chiffre qui monte à 38% parmi les CSP+ épargnantes.

Le banquier de proximité demeure aux yeux des Français le premier canal envisagé pour souscrire une épargne immobilière (53%) devant le conseiller en gestion de patrimoine (27%). Les CSP+ épargnantes s’avèrent plus ouvertes aux modes de distributions alternatifs tels que le conseiller en gestion de patrimoine, une société de gestion en direct, un site internet dédié ou un cabinet d’assurance (54% au total). 

 

À propos du Baromètre PERIAL

Depuis 2015, le Groupe PERIAL publie les résultats de son baromètre annuel de l’Epargne Immobilière. Au sein de cette forme d’épargne, le baromètre PERIAL illustre en particulier le potentiel d’épargne immobilière indirecte en plein essor. Une tendance que PERIAL accompagne depuis 50 ans en étant précurseur en matière de produits d’épargne immobilière avec le lancement des premières SCPI, en 1966.

Pour aller plus loin


0