Attention Investir en SCPI est un investissement immobilier : il s'agit donc d'un investissement long terme
dont la liquidité est limitée, le capital et les revenus non garantis.

Risque de perte en capitallié à l’absence de garantie de remboursement du capital initialement investi. En cas de nécessité de trouver du capital pour rembourser les retraits qui ne seraient pas compensés par des souscriptions, le montant de ce capital dépendra de l’évolution des marchés immobiliers.

Risque immobiliersusceptible d’entraîner une baisse de la valeur due à la variation des marchés immobiliers.

Risque lié à la gestion discrétionnairerésultant de la sélection par les gérants d’investissements moins performants.

La stratégie d’investissementde la SCPI est décrite à la Note d’information. Vous êtes invités à vous reporter à la documentation.

février 2018

Préparer sa retraite : les atouts des SCPI

Ce n'est pas un scoop : les français sont inquiets pour leurs retraites, une tendance confirmée par le baromètre de l'épargne immobilière réalisé par PERIAL et l'institut l'Ifop. Alors que les incertitudes sont fortes, les SCPI seraient-elles un produit d'epargne suffisamment sûr et rentable pour répondre à ce besoin d'anticipation des français ? Tentative de réponse.

7 français sur 10 sont inquiets pour leur retraite. Tel est le principal enseignement du dernier Baromètre de l’épargne immobilière, réalisé par l’Ifop pour le compte de PERIAL. Loin de rester les bras croisés, 46% des français anticipent et épargnent donc en priorité pour préparer leur retraite. Parmi eux, un nombre croissant investit dans des SCPI, des sociétés civiles de placement immobilier. Ces dernières représentent, pour les particuliers, actifs ou retraités, une solution de plus en plus judicieuse pour compléter leurs revenus.

Les SCPI ne manquent pas d'atouts pour les épargnants. D'abord, elles sont accessibles à partir de quelques milliers d'euros, contrairement à l'achat d'un bien immobilier en direct qui nécessite une mise de fonds importante. De plus, elles permettent de profiter du dynamisme du marché de l'immobilier professionnel, difficilement accessible au particulier. Elles offrent surtout des revenus réguliers sans avoir à se préoccuper de la gestion d'un bien au quotidien. En moyenne, les SCPI de rendement servent entre 3 et 6% par an. 

Enfin, l'achat de parts de sociétés qui détiennent un parc immobilier composé d'actifs diversifiés (commerces, bureaux, entrepôts, résidences services) et situés dans les villes les plus dynamiques, voire à l'étranger, permet une réelle mutualisation des risques locatifs.

Les pièges à éviter

Dans une optique de préparation de la retraite, les SCPI offrent même quelques atouts supplémentaires, à condition de porter son attention sur quelques points de vigilance.

Le premier point à surveiller est la fiscalité. Depuis la transformation de l'ISF (Impôt sur la fortune) en IFI (Impôt sur la fortune immobilière), les patrimoines immobiliers supérieurs à 1,3 million d'euros sont imposables à l'IFI. Les parts de SCPI entrent donc dans le calcul. Pour réduire sa facture fiscale, une solution existe cependant : le démembrement des parts de SCPI. Concrètement, il s'agit de séparer la nue-propriété des parts et leur usufruit. L'épargnant qui achète la nue-propriété possède des parts de SCPI mais ne perçoit pas les revenus. Il récupèrera la pleine propriété des parts à la fin de l'usufruit. L'usufruitier, de son côté, perçoit les loyers pendant toute la durée du démembrement.

Le premier avantage du démembrement est de réduire le prix d'achat de la part. Du coup, on réduit d'autant la valeur déclarable à l'IFI. Enfin, on s'évite de payer des impôts sur les loyers perçus. Dans le cadre de la préparation de la retraite, il suffit de bien caler la durée du démembrement afin que les revenus soient différés pendant la période de vie active où la fiscalité peut être parfois lourde. Une fois à la retraite, les dividendes perçus pallient alors la baisse des revenus. 

Point important : les SCPI sont des investissements immobiliers. Ce constat vaut pour l'acquisition en démembrement. Il faut donc toujours garder en tête que son horizon de placement est la retraite.

SCPI et assurance vie

L’autre solution fiscalement avantageuse est de loger ses SCPI dans un contrat d’assurance-vie. Cela permet de bénéficier des avantages accordés à l’assurance-vie en matière de succession, notamment, et surtout d’une fiscalité plus douce. Acquérir des parts de SCPI via un contrat d’assurance-vie permet de cumuler les deux types d’investissements préférés des français pour préparer leur retraite : 52% des français citent ainsi l’assurance-vie et 40% l’immobilier… Un combo gagnant donc, dont le principal inconvénient est que les frais du contrat d’assurance-vie s’ajoutent à ceux de la SCPI.

 

> Pour en savoir plus sur notre gamme de SCPI, contactez-nous

À lire aussi

12 décembre 2018 Evènements

L'ISR BY PERIAL : La dimension Environnementale

PERIAL est créateur de performance durable.

10 décembre 2018 Evènements

Flash PERIAL - Edito Décembre 2018

Résilient face au risques de volatilité des marchés, l'immobilier est également au coeur des grands enjeux sociétaux actuel.

04 décembre 2018 Evènements

PERIAL publie son Plan Climat 2030

Pionnier du développement durable avec la création de PFO₂ en 2009, le groupe PERIAL accélère dans un contexte où la maîtrise de l'impact environnemental des immeubl

24 novembre 2018

Retrouvez PERIAL sur les Réseaux Sociaux !

Le Groupe PERIAL est désormais présent sur Instagram !

20 novembre 2018

Retrouvez PERIAL au SIMI, le Salon de l'Immobilier d'Entreprise

Le SIMI, le rendez-vous de l'immobilier d'entreprise, rassemble pendant trois jours plus de 30 300 professionnels et 460 sociétés et collectivités participantes

16 novembre 2018 Evènements

Club Expert Immobilier, Eric Cosserat invité à la table ronde

Eric Cosserat a participé à une table ronde organisée par Club Expert Immobilier le 13 novembre dernier.

Les risques à investir en SCPI

Investir en SCPI est un investissement immobilier : il s'agit donc d'un investissement long terme dont la liquidité est limitée, le capital et les revenus non garantis.

Risque de perte en capital : lié à l’absence de garantie de remboursement du capital initialement investi.
En cas de nécessité de trouver du capital pour rembourser les retraits qui ne seraient pas compensés par des souscriptions, le montant de ce capital dépendra de l’évolution des marchés immobiliers.

Risque immobilier : susceptible d’entraîner une baisse de la valeur due à la variation des marchés immobiliers.

Risque lié à la gestion discrétionnaire : résultant de la sélection par les gérants d’investissements moins performants. 

J’ai pris connaissance des risques